Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 10:46

Avant de se demander comment il faut procéder pour associer le jeu d'échecs à la Réforme des rythmes scolaires qui entre en vigueur dès cette année scolaire 2013/2014 dans bon nombre d'académies deux questions seront certainement posées : Pourquoi une telle association ? En quoi le jeu d'échecs peut-il être associé à cette refonte du temps de l'élève ? La réponse est simple et décisive : le jeu d'échecs peut accompagner positivement cette réforme parce qu'il est un excellent support pédagogique utilisable selon les organisations les plus variées du temps scolaire de l'élève. Encore faut-il convaincre quelques sceptiques et expliquer avec méthode cette traduction de l'apport pédagogique du jeu d'échecs à la réforme en cours car la plasticité du support échecs ne signifie pas que l'on doive introduire les échecs à l'école de manière univoque dans l'emploi du temps des écoliers. S'agit-il de jouer, de construire une attitude de réflexion, de concentration, un comportement civique de respect d'autrui, de soi et des règles, de contribuer à la construction des savoirs et à l'acquisition du socle commun de compétences (et d'attitudes), s'agit-il encore de traiter de manière innovante des champs complets des programmes (apprentissages mathématiques, initiation au raisonnement et à la méthodologie scientifiques, émission d'hypothèses, prises de décisions ...) ? Autant de situations qui inférent des réponses différenciées. Commençons déjà par sérier quelques possibilités offertes part la Réforme, en allant du simple au complexe.

Un premier point de la Réforme facile à analyser concerne le temps consacré sur la pause méridienne à la mise en place d'activités pédagogiques complémentaires en groupes restreints d'élèves. Ce temps s'ajoute aux 24 heures d'enseignement hebdomadaire, en remplacement de l'aide personnalisée. Il est particulièrement adapté à la découverte et à l'utilisation du jeu d'échecs. Nous allons le démontrer.

Concrètement, les Activités Pédagogiques Complémentaires (APC) peuvent se décliner selon trois trois formes principales :

- une aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages (AED)

- une aide au travail personnel (ATP)

- la mise en œuvre d'une activité prévue par le projet d'école. (APE, je crois mais sans certitude)

 

Pour chacune de ces trois formes d'organisation pédagogique le jeu d'échecs peut constituer une réponse appropriée à condition que l'on s'interroge à la fois sur le contenu et l'organisation des activités, sur la formation des enseignants qui souhaiteraient lancer cette activité dans ce cadre nouveau. Je ne parlerai pas ou très peu des problèmes de matériel qui sont quasi inexistants pour la pratique des échecs. Un échiquier mural et quatre à huit jeux individuels suffisent puisque l'on parle de groupe restreint et le coût est minimal ou nul, dans la mesure où des partenariats existent entre le MEN et la FFE (Fédération française des échecs) Les structures locales (ligues, comités départementaux, cercles d'échecs, associations ...) peuvent aussi apporter des réponses simples et suffisantes aux besoins immédiats. Le matériel d'échecs est également utilisable sur d'autres créneaux horaires -pour les activités extra et périscolaires notamment et dans le temps scolaire proprement dit-. On peut donc en conclure que toute communauté éducative motivée se dotera sans difficulté majeure insurmontable du minimum nécessaire pour assurer la conduite de l'activité.    

 

Le contenu et l'organisation des activités :

Il s'agit de se familiariser avec le matériel de jeu, d'apprendre les règles de déplacement des pièces et progressivement l'ensemble des règles indispensables pour mener à bien une partie d'échecs complète, sachant que l'on peut parfaitement jouer, réfléchir, seul ou à deux, sans maîtriser l'ensemble de ces règles et déjà en tirer un immense bénéfice. Pour autant si l'on veut tirer partie du potentiel du jeu et ne pas demeurer en lisière de ce qu'il offre il sera indispensable de comprendre et donc de connaître et assimiler les premiers éléments de tactique et de stratégie qui font la beauté de ce jeu, sa profondeur et sa valeur, qui permettent surtout au pédagogue de commencer à raisonner  en termes de "transfert de compétences". Atteindre ce seuil minimal de compétence est essentiel pour l'enseignant comme pour l'éducateur : chaque situation de jeu, chaque situation-problème et de recherche présentées sur l'échiquier mural hors du contexte d'une partie favoriseront la mise en place progressive chez l'élève d'une réflexion méthodique et logique, rationnelle, structurée. Il s'agit de repérer les forces et faiblesses en présence  et en balance sur l'échiquier pour chacun des deux camps, [stimulant au passage et développant les qualités d'observation]. Il convient de définir les objectifs à atteindre, les plans à privilégier dans ce but, les motifs tactiques (calcul mental) et stratégiques adéquats ... Il faut aussi mobiliser des savoirs antérieurs pour progresser.

 

Une aide aux élèves en difficulté

Le jeu d'échecs n'est pas un jeu de hasard. Pour les élèves, la maîtrise progressive des méthodes de réflexion qu'il préconise  se traduit vite et de manière pratique à travers des réussites indiscutables et clairement identifiables (parties gagnées, problèmes résolus, idées nouvelles ...), qui stimulent le goût de l'effort, générent à leur tour confiance, estime de soi et d'autrui, favorisent l'autonomie et disciplinent la pensée, le respect des règles ... On comprend déjà mieux que la redistribution de toutes ces compétences puisse inscrire positivement son empreinte dans le parcours scolaire des élèves, tant sur le plan éducatif que sur le plan intellectuel. Appliquées au jeu d'échecs l'étude et l'assiduité sont très rapidement suivies d'effets concrets et les cas d'élèves en difficulté scolaire qui reprennent confiance en eux et développent une appétence neuve pour les études à travers le jeu d'échecs ne sont pas isolés.

 

L'aide au travail personnel

En quoi le jeu d'échecs peut-il ausi contribuer à l'aide au travail personnel ? Il me semble que le principal atout et la vertu cardinale de ce jeu sont de favoriser l'organisation mentale de l'élève, en l'aidant à construire des repères psychologiques et spatio-temporels pertinents. Aux échecs il convient d'apprendre à résoudre des problèmes qui s'inscrivent dans une trame temporelle (le temps et la durée de la partie, les coups joués qui sont autant de prises de décision qui suivent le temps de réflexion du joueur, le temps de la pendule qui s'écoule et qu'il faut apprendre à contrôler ...) Le jeu d'échecs apprend à maîtriser le temps et les émotions que suscite la recherche de cette maîtrise. Réfléchir plus vite, de manière plus lucide et plus efficace, canaliser son émotivité et son impulsivité, organiser et répartir son temps de réflexion selon les difficultés rencontrées, autant d'atouts décisifs pour réussir à l'école et, à terme, puisque c'est aussi la finalité de la scolarité, pour s'épanouir et construire un projet personnel et professionnel cohérent. L'échiquier est le lieu et le cadre de cette réflexion, un lieu structuré, balisé, construit. Les parties se déroulent sur 64 cases codées de manière immuable. Elles sont notées, mémorisées, réutilisables, s'inscrivent dans une histoire, des règles, des codes de conduite et des espaces appropriés.Tous ces repères sécurisent et accompagnent le parcours intellectuel de l'élève dans la découverte de l'activité.

 

La formation des enseignants :

Des méthodes existent, bien sûr, des manuels aussi et j'y reviendrai de manière complète dans un article ultérieur. Soulignons aussi qu'à travers les possibilités nouvelles offertes par le numérique des contenus de formation à distance sont tout à fait envisageables qui répondraient de manière particulièrement adaptée aux besoins de la formation continue des enseignants en la matière. Il n'en demeure pas moins vrai aussi que quelques formateurs bien utilisés à temps plein en présentiel sont incontournables. Ils seront à même de bien former ces enseignants et surtout de former les personnels d'encadrement de ces enseignants (IEN, CPC et CP spécialisés en sport, coordonnatrices et coordonnateurs de réseau, assistants d'éducation etc.) en leur apportant une expertise spécifique "jeu d'échecs" qui, jointe à leur propres compétences pédagogiques, leur permettra d'accompagner la mise en place et la mise en oeuvre des activités sur le terrain de manière autonome et pérenne.

 

L'appui du Ministère de l'éducation :

En conclusion, on peut se demander s'il est possible de réunir toutes ces conditions favorables au développement du jeu d'échecs à l'école dans un délai raisonnable. Les réponses apportées par Mme George Pau-Langevin, qui a reçu en audience le vendredi 6 septembre 2013 une délégation de La FFE et le champion du monde Garry Kasparov très engagé en faveur du développement des échecs à l'école dans le monde vont clairement en ce sens :

Dans un Communiqué de presse du 06-09_2013 la Ministre déléguée à la réussite éducative a tenu notamment à rappeler que le jeu d'échecs permet "d'installer un environnement favorable à l'apprentissage. Il contribue au développement des attitudes et des aptitudes intellectuelles propices à l'émancipation intellectuelle, fondamentale pour chaque enfant".  

Accordons lui le bénéfice de la conclusion.

 


Partager cet article
Repost0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 12:03

Judit Polgar, meilleure joueuse mondiale de tous les temps, n’est plus à présenter sur le plan sportif. Sur le plan de la politique éducative elle emboîte le pas au Président de la FIDE en introduisant les échecs dans le cursus scolaire en Hongrie dès cette rentrée scolaire. "Chess will improve school results." Traduisez "Les échecs amélioreront les résultats scolaires." C'est sur la base et le principe de cette assertion que se fonde le discours du Président de la FIDE- Kirsan Ilyumzhinov - dans une communication volontariste (cf notre article sur l'introduction des échecs en république de Kalmoukie)

 

220px-Kirsan_Ilyumzhinov_2010_Moscow.jpg

 

De nombreux pays sont désormais en passe d'adopter le jeu d'échecs dans leur système scolaire. Sur le site de François Voituron échecsinfos.com les nouvelles récentes confirment ce mouvement :

"Dans la foulée de la Déclaration écrite du Parlement Européen du 15 mars 2012, la Hongrie adopte le jeu d’échecs à l’école. Dès septembre 2013, les élèves du niveau élémentaire pourront apprendre à jouer aux échecs avec la méthode Chess Palace. Cette méthode est proposée par la plus forte joueuse d’échecs au Monde, une Hongroise justement,  Judit Polgar pour ne pas la nommer."

 

220px-Judit_The_Look_Polgar.jpg


Nous avions eu écho de cette nouvelle début 2013 dans le cadre de la préparation du séminaire international sur le jeu d'échecs à l'école qui devait se tenir en juin 2013 à l’UNESCO. L'article de F. Voituron confirme l'engagement de la Hongrie sur la voie de la reconnaissance des échecs en milieu scolaire. En complément de cet article voici quelques précisions données directement par le Ministère de l'éducation hongroise sur les objectifs pédagogiques inhérents à cette méthode : elle repose sur un double principe selon lequel l’enseignement du jeu d’échecs développe non seulement des compétences qui intéressent directement la scolarité des élèves mais a des répercussions positives sur le développement de la personnalité des apprenants. En collaboration avec des professeurs, la fondation Polgár a rédigé un manuel pour l’enseignement du jeu d’échecs, manuel commun aux établissements publics et privés. Un programme cadre a été élaboré dont l'objectif est de montrer aux professeurs que le jeu d’échecs peut être utilisé en tant qu’outil d’enseignement en liaison étroite avec les champs de réflexion et d’apprentissage traditionnels du savoir. Dans cette logique, dès lors que le professeur établit des correspondances entre l’enseignement des échecs et celui des mathématiques, de l’histoire etc. l’attention des enseignants peut être attirée sur les entrées transversales et transdisciplinaires dont peuvent profiter les élèves.

Profil des enseignants

En Hongrie les enseignants qui utilisent le jeu d’échecs en classe ont des niveaux de compétence très hétérogènes. Ces fortes variations peuvent être imputées sans doute à leur degré d’implication personnelle et à leur assiduité dans la mise en œuvre de cette activité mais le premier problème réside dans les possibilités de formation limitées qui leur sont offertes. Ces formations peuvent être données par les Universités ou par tout organisme accrédité par le Ministère. Leurs principaux axes sont les échecs bien sûr mais aussi la pédagogie généraliste et la pédagogie plus spécifique du sport et du jeu. On voit donc bien que ce problème de la formation est central pour tous les pays qui se lancent dans l'aventure échiquéenne en milieu scolaire.

En France aussi les possibilités de formation sont limitées et seuls quelques formateurs en poste sont en position d'intervenir sur le terrain dans la formation continue des enseignants sur cette thématique du jeu d'échecs. Malgré l'engagement du Ministère auprès de la FFE, les bonnes volontés et les compétences qui ne manquent pas se heurtent surtout à des problèmes principalement budgétaires car l'accueil des pédagogues est très favorable à la pratique échiquéenne auprès des élèves. L’effectif des classes est une autre question prise en compte dans le programme hongrois, une question qu'il ne faut pas minimiser : La piste retenue se résume en deux mots clairs : "effectifs réduits". Dans les faits, les échecs sont généralement enseignés en petits groupes en maternelle et en demi-classes en élémentaire. Cet enseignement peut aussi être externalisé dans des clubs ou "cercles" et assuré par des personnels bénévoles, qui n'ont donc pas de compétence spécifique en pédagogie générale mais sont spécialisés dans l'enseignement du jeu d'échecs.

Partager cet article
Repost0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 10:00

"Les échecs amélioreront les résultats scolaires" : c'est sur la base et le principe de cette assertion que de nombreux pays sont désormais en passe d'adopter le jeu d'échecs dans leur système scolaire.

Sur le site de François Voituron échecsinfos.com les nouvelles récentes confirment ce mouvement : "Dans la foulée de Déclaration écrite du Parlement Européen du 15 mars 2012, la Hongrie adopte le jeu d’échecs à l’école.  Dès septembre 2013, les élèves du niveau élémentaire pourront apprendre à jouer aux échecs avec la méthode Chess Palace.  Cette méthode est proposée par la plus forte joueuse d’échecs au Monde, une Hongroise justement, Judit Polgar pour ne pas la nommer."
Nous avions eu écho de cette nouvelle début 2013 dans le cadre de la préparation du séminaire international sur le jeu d 'échecs à l'école. L'article de F Voituron confirme l'engagement de la Hongrie sur la voie de la reconnaissance des échecs en milieu scolaire. Voici quelques précisions données directement par le Ministère de l'éducation hongroise sur le fond de la méthode :

Cette méthode repose sur un double principe selon lequel l’enseignement du jeu d’échecs développe non seulement des compétences qui intéressent directement la scolarité des élèves mais a des répercussions positives sur le développement de la personnalité des apprenants. En collaboration avec des professeurs, la fondation Polgár a rédigé un manuel pour l’enseignement du jeu d’échecs, manuel commun aux établissements publics et privés. Un programme cadre a été élaboré

dont l'objectif est de montrer aux professeurs que le jeu d’échecs peut être utilisé en tant qu’outil d’enseignement en liaison étroite avec les champs de réflexion et d’apprentissage traditionnels du savoir. Dans cette logique, il attire l’attention des enseignants sur les entrées transversales et transdisciplinaires dont peuvent profiter les élèves dès lors que le professeur établit des correspondances entre l’enseignement des échecs et celui des mathématiques, de l’histoire etc.

 

Profil des enseignants


En Hongrie les enseignants qui utilisent le jeu d’échecs en classe ont des niveaux de compétence très hétérogènes. Ces fortes variations peuvent être imputées sans doute à leur degré d’implication personnelle et à leur assiduité dans la mise en œuvre de cette activité mais le premier problème réside dans les possibilités de formation limitées qui leur sont offertes. Ces formations peuvent être données par les Universités ou par tout organisme accrédité par le Ministère. Leurs principaux axes sont les échecs, la pédagogie généraliste et la pédagogie plus spécifique du sport et du jeu. On voit bien que ce problème de la formation est central pour tous les pays qui se lancent dans l'aventure échiquéenne en milieu scolaire.

En France aussi les possibilités de formation et le nombre de formateurs susceptibles d'intervenir dans l'Education Nationale sont très limitées. Malgré l'engagement du Ministère auprès de la FFE les bonnes volontés et les compétences qui ne manquent pas se heurtent à des problèmes budgétaires.

 

Effectif des classes

Les échecs sont généralement enseignés en petits groupes en maternelle, en demi-classes en élémentaire. Cet enseignement peut être externalisé dans des clubs (« cercles ») et assuré par des personnels bénévoles.  


 

La traduction proposée ici est la mienne, ce n'est donc pas celle d'un spécialiste et des petites erreurs qui ne changent pas le sens "fondamental" du texte se sont certainement glissées ici ou là. Je m'en excuse par avance mais l'intérêt du contenu méritait bien cette petite prise de risque. Les spécialistes de la langue anglaise me permettront de rectifier le tir, sans aucun doute ...

 

Cordialement, bonne lecture,

 

Antiphon

 

Interview récente du Président de la FIDE-  


Kirsan Ilyumzhinov: "Chess will improve school results" "Les échecs amélioreront les resultats scolaires".


Selon mes sources, le programme (de la FIDE) pour le développement des échecs a déjà apporté de beaux fruits dans votre Kalmoukie natale ?


Voyez-vous, ce que vous me dites là est un parfait exemple du travail accompli. Il y a 17 ans j’ai signé un accord pour développer les échecs dans les écoles de Kalmoukie. Les échecs y occupaient alors une place mineure.Nous avions à peine un seul joueur titré dans notre République. Les faits parlent plus fortement que les mots et nous avons maintenant Ernesto Inarkivev, Sanan Svugirov et d’autres. Nous étions supposés attendre plus de neuf ans pour que les fruits (de ce travail) poussent. En 2003 Svugirov a gagné le Championnat du Monde dans sa catégorie d’âge, pour la première fois de sa carrière et maintenant il a déjà deux titres de champion du monde. La semaine dernière Dinara Dorzhieva a gagné le Championnat du Monde des moins de 14 ans. Et la chose la plus importante ici est que 100% des élèves scolarisés en Kalmoukie savent jouer aux échecs. Cela a influencé positivement aussi bien leurs résultats scolaires. Selon le Ministre Russe de l’Education nationale, ces deux dernières années nous avons obtenu la première place dans les résultats scolaires des élèves parmi 85 régions de Russie. Andrey Fursenko, Ministre de l’Education s’est intéressé au phénomène et a envoyé des spécialistes en Kalmoukie pour exporter la clé de ce succès.Ils ont fini par conclure que les Echecs étaient à l’origine de ces si bons résultats.

 

As far as I know, the program for chess development has already brought good fruits in your native Kalmykia ?


- Do you see, that you have just told me is a perfect example of the our job done? 17 years ago, I signed a degree to develop chess in schools of Kalmykia. Chess were at a back seat then, we had hardly a first grade player in our Republic. Facts do speak louder than words, and we now have Ernesto Inarkiyev, Sanan Syugirov and others. We were supposed to wait up for 9 years for the fruits to come. In 2003, Syugirov won World Championship in his age category, the first time in his chess career, and now he is already two-time world champion. Last week Dinara Dorzhieva won J14 World Championship. And the most important thing here, is that 100% of Kalmykia school children can play chess. This played well for their school results as well. According to the Russian Ministry of Education, for the recent two years we have been keeping the 1st place in school results of children among 85 Russian regions. Andrey Fursenko, Russian Minister on Education got interested in our phenomenon and sent specialists to Kalmykia to find out the key to the success. They stated in the end, that it was chess to bring such a good results.

 

 

 


Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 23:33

 

Le renouvellement de la convention-cadre entre le Ministère de l'Education Nationale et la Fédération Française des Echecs s'est tenu dans l'enceinte du Palais de la Découverte, à Paris le lundi 31 janvier 2011.Le Ministre de l'Education Nationale et de la Recherche, porte-parole du gouvernement, Luc Chatel et le Président de la Fédération Française des Echecs, Jean-Claude Moingt ont paraphé le document qui officialisait  la reconduite et le renforcement  de ce partenariat pour trois nouvelles années.

 

Pour notre Fédération, l'institutionnalisation de l'activité échiquéenne dans tous  les établissements scolaires, de la Maternelle à l'Université, ouvre de grandes perspectives de développement et devrait conduire à terme  à l'obtention de la délégation, ce qui constituerait une nouvelle étape historique décisive  pour l'essor de notre discipline.

 

Devant les caméras des principales chaînes de télévision et de nombreux journalistes de la radio et de la presse écrite, le Ministre s'est longuement exprimé. Il n'a pas manqué de rappeler tout l'intérêt qu'il porte à notre discipline, excellente école de la prise de décision et de la rigueur intellectuelles. Il a tenu à exprimer publiquement sa confiance en la  valeur éducative et pédagogique du jeu d'échecs, particulièrement recommandable  à ses yeux pour lutter contre les méfaits de l'innumérisme, le manque de méthode, la méconnaissance et le  non respect des règles essentielles à la vie en collectivité.

 

Les observateurs présents - hauts fonctionnaires de l'Education Nationale, scientifiques de renom, mathématiciens, personnalités du monde de l'entreprise ont pu ensuite apprécier la performance et les qualités d'orateur du Président de la FFE, Jean-Claude Moingt, dont le discours précis et bien argumenté a clos les débats. Il a certainement convaincu le Ministre du bien fondé de ce partenariat, bénéfique à tous les scolaires et qui est particulièrement approprié pour redonner confiance et goût de l'étude aux élèves dont les parcours scolaires sont chaotiques.

 

Quelques informations complémentaires :

 

Dans le dernier numéro de la revue fédérale :

  • une video de l'interview du Président de la FFEsur le sujet de la convention
  • un entretien sous la forme de quelques questions/réponses posées à Jérôme Maufras, responsable fédéral du dévelopement des échecs en milieu scolaire.

 

http://www.myvirtualpaper.com/doc/echecs/echecetmat107#12

 

 

 

Le texte de la convention

 

http://www.echecs.asso.fr/Ag/ConventionEN_FFE.pdf

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 11:50

 

 

 

Selon des sources sérieuses le Président de la FIDE Kirsan Ilyumzhinov en visite en Israël à Tel-Aviv les 18 et 19 décembre 2010 a rencontré des personnalités politiques, sportives et appartenant à la communauté échiquéenne.

Au cœur des discussions, une question qui nous intéresse particulièrement ; celle de l'introduction des échecs à l'école et, plus précisément dans le cursus scolaire.

L'un des principaux acteurs de cette discussion, le Dr Shimshon Shoshani, Directeur Général du Ministère de l'Éducation Nationale en Israël, a acté son intention de réunir les fonds et de mettre en œuvre les documents préparatoires à cette introduction des échecs dans les programmes obligatoires de l'école, dans les mois à venir.

 

En France la frilosité de l'Éducation Nationale sur le même sujet ne correspond malheureusement pas à la logique ouverte par la signature de la convention-cadre entre la FFE et le MEN, en février 2007 dont l'objectif principal était le développement des échecs pendant le temps scolaire dans tous les établissements de France qui le souhaitaient, de la Maternelle à l'Université.

Les expériences corses et en IDF - Mission Jeux de l'Esprit – qui ont un immense succès auprès des élèves, des familles et des enseignants impliqués dans les différents

projets, risquent de passer à la trappe faute de budget et de ne pas être reconduites ou poursuivies à moyen terme.

Cette frilosité dont les raisons profondes ne sont pas si éloignées de préoccupations budgétaires, dans cette période de « grands économies » est sans doute bien regrettable car le jeu d'échecs est un outil pédagogique de très grande valeur. Non seulement les bénéfices méthodologiques et cognitifs d'une introduction des échecs en milieu et en temps scolaire sont reconnus et indéniables pour presque tous les élèves mais des études le prouvent : le jeu d'échecs améliore positivement la réussite scolaire de très nombreux élèves.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 11:13

" Si nous pouvions voir dans le cerveau d'un joueur d'échecs, nous y verrions tout un monde de sentiments, d'images, d'idées, d'émotion et de passion."
                                       

 

Alfred-Binet.jpg

 

                    Alfred Binet, pédagogue et psychologue                      

Partager cet article
Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 07:02

 

Les échecs sont-ils un sport ? les opinions divergent, même si bien des éléments du jeu de compétition attestent le caractère très sportif des parties jouées dans ce contexte ...

 

 


 
Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 06:37

 


 
Partager cet article
Repost0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 23:46

 


 
Partager cet article
Repost0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 23:28

 

 

Un jeu extraordinaire, au centre de la réforme scolaire, selon le professeur chargé de l'enseignement des échecs ! Un jeu qui développe à la fois la créativité, la mémoire et l'esprit logique. L'anticipation des coups à jouer et des coups adverses favorise le développement de l'esprit d'analyse, selon une Directrice d'école primaire canadienne.

"ça m'aide à me concentrer dans mes évaluations, dit même un jeune garçon motivé par cet apprentissage, interrogé au micro sur les vertus du jeud 'échecs ! ".

Le plaisir du jeu est aussi une bonne source de motivation, qui s'en plaindrait.

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche